Construire autrement : comment faire ?

A l’heure actuelle, il n’est plus seulement question de faire évoluer nos habitudes de consommation énergétique, mais de remonter à l’origine du problème. Il est acté que le parc immobilier résidentiel en France est l’un des plus polluants, car particulièrement vieillissant (ossature peu isolante, équipements énergivores…). Faudrait-il alors revoir la façon dont nous construisons nos habitations, pour réduire notre empreinte carbone et contribuer à la création d’un parc immobilier plus respectueux basé sur l’éco-construction ? Il va sans dire que oui. Construire autrement comment faire ? C’est sur cette dernière question qu’il nous faut nous pencher.

Comment construire autrement : des facteurs clés à considérer

Construire autrement comment faire ? C’est avant toute autre chose opter pour un habitat plus respectueux de l’environnement qui comble intégralement les besoins de ses occupants et leur assure un confort de vie optimal. Pour atteindre ces objectifs, l’habitat se doit d’être pensé dans ses moindres détails : type de terrain, exposition du bâti, types d’ouvertures, type d’isolation et caractéristiques des matériaux… Au-delà de cela, d’autres facteurs clés doivent être considérés en amont (le rapport qualité-prix, le constructeur auquel vous faites appel…) et en aval (quel coût du bâtiment à l’usage, quelle gestion des déchets… ?).

Vous l’aurez compris : il ne s’agit pas ici de se lancer aveuglément dans la construction d’une maisonnette en bois mais bel et bien de concevoir un nouveau type d’habitat permettant de s’extirper de la vision « normalisée » de la construction. Alors, si nous faisions le point sur quelques-uns des facteurs clés cités précédemment ?

  • Le choix du site. Celui-ci a une importance capitale pour assurer confort et performances énergétiques et vous permettre ainsi de consommer mieux. Un exemple ? Si le terrain est situé proche de transports en commun, peut-être limiterez-vous naturellement votre usage de la voiture et polluerez moins. Un terrain bien exposé permettra également un apport supérieur de lumière naturelle, l’un des points essentiels pour une demande en énergie limitée. Enfin, quelle est la circulation naturelle de l’air sur le terrain ? Construire autrement, c’est permettre l’intégration intelligente de l’habitat dans son environnement naturel et social.
  • L’impact des matériaux utilisés. Ceux-ci doivent à la fois permettre une isolation renforcée, la création d’une structure solide et disposer d’un impact environnemental réduit. En conséquence, il conviendra de privilégier les matériaux extraits en France ou à proximité, issus de sites gérés durablement. Les matériaux, liants et même les peintures doivent également être naturels ou bien ne pas être à l’origine d’émanations toxiques pour l’homme ou l’environnement.
  • La construction intelligente, aussi du fait de ses contributeurs. Pour toute nouvelle construction dite « écologique », le recours à un architecte est obligatoire. Mais il faut également sélectionner avec soin les prestataires intervenant sur le chantier, en fonction de leurs expériences en matière de nouvelles constructions. C’est essentiel pour garantir la bonne réalisation du bâti.

Au-delà de ces facteurs, pensez également équipements et usage. N’oublions pas qu’il s’agit aussi de consommer plus responsable au quotidien. Les équipements installés doivent donc être à base d’énergies renouvelables et l’espace global fournir un confort thermique et acoustique idéal.

Construire autrement : l’importance capitale de l’existant

Même si cela tend à évoluer, on peut avancer sans trop se tromper qu’en termes de construction, il s’agit encore aujourd’hui d’implémenter une structure plus ou moins envahissante sur un terrain sans véritablement se soucier de son impact. Prendre le temps d’étudier l’existant, c’est donc l’un des principaux facteurs clés pour apprendre comment construire autrement.

Construire autrement comment faire ? Il faudra faire appel à un spécialiste pour réaliser une analyse minutieuse du terrain et de sa composition. Quels sont les potentiels facteurs de risque à considérer, les points de vigilance à la construction ? Comment est orienté le terrain, comment est-il situé par rapport aux autres habitations, au soleil ? Quels éléments naturels sont déjà présents sur le terrain ? De multiples questions auxquelles il vous faudra à coup sûr trouver une réponse adaptée pour construire réellement différemment.

construire ecologiquement

Construction écologique : vers quel type d'habitat s'orienter ?

L’habitat de demain se veut écologique. Ceci étant dit, il peut également prendre plusieurs formes, en fonction de vos moyens. Depuis l’implémentation de la RT 2012, la maison BBC (passive, donc économe en énergie) est devenue la norme en matière de constructions neuves. Sa consommation d’énergie ne dépasse pas les 50 kWh / m². Vous souhaitez aller plus loin dans votre démarche d’eco construction ? Dans ce cas, voici quelques pistes.

  • La maison bioclimatique, comme explicité ci-dessus. Au-delà de la simple maison passive, on trouve la maison bioclimatique. Celle-ci répond à 100% aux exigences mentionnées ci-dessus. Le principe est de tirer parti un maximum des spécificités du terrain et des énergies renouvelables pour limiter les besoins énergétiques et donc les dépenses. Le bâtiment est spécialement conçu pour capter l’énergie solaire (ou s’en protéger, selon la pièce de destination), puis transformer et diffuser cette dernière dans le logement.
  • La maison BEPOS (bâtiment à énergie positive). Là où cette construction se distingue, c’est du fait de son autonomie totale. Sa construction et ses équipements en font une maison qui produit davantage d’énergie qu’elle n’en consomme, au moyen d’équipements renouvelables. De ce fait, la facture énergétique est quasiment nulle et l’impact environnemental réduit. Le prix bien entendu, sera plus élevé car il inclut des équipements très innovants en matière de chauffage et de production d’ECS notamment. Mais les économies à l’usage seront également à la hauteur !
  • La maison autonome en kit. Ce type d’habitation verte est construite de la plus simple des manières. Assemblées au préalable, les différentes parties de son ossature sont ensuite livrées sur le chantier où elles n’ont plus qu’à être positionnées (blocs autonomes modulables). La maison autonome en kit a l’avantage d’être bien moins chère que le BEPOS ou la maison bioclimatique traditionnelle, pour des performances similaires.

Finalement, à la question « construire autrement comment faire ? », nous répondrons que cela dépend. Cela dépend du terrain, de l’environnement, de vos besoins, aussi. Car c’est bien là le fondement du « construire autrement » ; une adaptation intelligente à tous les niveaux, en fonction de ses moyens.