Tout savoir de la peinture écologique pour bois intérieur

Le bois est un matériau noble, brut, chaleureux. Pourtant, celui-ci nécessite un entretien tout particulier à travers les années et ce même s’il n’est pas sujet aux intempéries. La meilleure façon de protéger votre bois, c’est de privilégier un produit naturel pour son recouvrement. Justement, la peinture écologique s’avère être une très bonne alternative, d’ailleurs adoptée par de plus en plus de particuliers et de professionnels du secteur. Abordons ensemble le cas de cette peinture écologique et plus particulièrement de la peinture écologique pour bois intérieur.

Quelle est la meilleure peinture ecologique pour bois interieur ?

Il est fréquent de souhaiter repeindre son lambris, son mur de bois, ses poutres ou encore son plancher de sorte d’embellir son intérieur et de le moderniser. Mais comment s’y prendre pour choisir la peinture ecologique pour bois interieur adaptée ?

Vous devez avant tout savoir que la peinture à base d’huile de lin est l’une des plus plébiscitées en application sur du bois car elle s’accroche réellement au support tout en le laissant respirer. Elle peuaussi être composée de farine et sera plus connue dans ce cas sous le nom de peinture de Falun ou de peinture Suédoise. Et oui : les pays nordiques sont particulièrement friands du bois au sein de leurs habitations. Cette peinture écologique provient donc tout naturellement de notre voisin du Nord. Ses ingrédients ? Eau, ocre, farine et huile de lin. Ses avantages ? Cette peinture généralement mate s’applique facilement sur le bois et le recouvre parfaitement. Naturelle, elle respecte le support car elle le laisse respirer. Votre bois est donc conservé le plus longtemps possible sans altération. En revanche, la palette de couleurs de la peinture de Falun est assez réduite. Si vous souhaitez opter pour un recouvrement dans les tons très clairs, une peinture écologique traditionnelle pour support bois fera mieux l’affaire.

peinture ecolo bois

Pourquoi la peinture naturelle est-elle essentielle à l’intérieur ?

Pour recouvrir votre bois intérieur, qu’il s’agisse d’un support mural ou encore de mobilier, l’application de peinture naturelle est essentielle. Et oui : celle-ci a l’avantage de ne pas contenir de produits nocifs (dérivés du pétrole, produits chimiques en tous genres). De ce fait, sa pause dans un environnement de vie ne dégage pas de COV dans l’atmosphère. La peinture n’est pas non plus irritante en cas de contact avec la peau, par exemple. Vous respirez un air sain lors de l’application. La peinture à bois intérieur n’a même pas d’odeur (ou une odeur discrète d’huile végétale) ! Choisir une peinture naturelle pour vos boiseries intérieures, c’est un peu une façon de plus de prendre soin des individus de votre foyer. 

La peinture naturelle est-elle vraiment efficace sur les supports bois ?

Oui, la peinture naturelle est aussi efficace que la peinture classique sur un support en bois, quel qu’il soit. Là où il faut être vigilant, c’est lors de l’étape de préparation de la surface à traiter.

Traiter une surface de bois avec de la peinture naturelle : marche à suivre

Le support en bois doit être lisse, propre, sans résidus graisseux et sans imperfections (trous, bouts de clous et irrégularités diverses…). Pour ce qui est du bois brut et du bois vernis, un ponçage léger dans le sens du grain est à prévoir. Il s’agit de retirer la couche de vernis et de lisser le bois en vue d’une meilleure adhérence de la peinture, avant de combler les trous du bois. Pour cette étape, l’utilisation d’une pâte à bois écologique est recommandée. Celle-ci coûte entre 5 et 10 € pour un pot de 250 g et est composée quasiment intégralement d’ingrédients naturels : talc, carbonate de calcium… L’avantage d’un tel produit, c’est de boucher de façon naturelle toutes les imperfections de votre mur ou de votre plancher en bois. Selon le produit et l’épaisseur, laissez sécher entre 30 minutes et 3 heures avant de passer à l’étape suivante.

 

  • Par la suite, appliquez une à deux sous-couches, en fonction de la teinte plus ou moins claire du bois à repeindre. Plus celui-ci est foncé, plus il sera difficile de le recouvrir !
  • Une fois respecté le temps de séchage, il ne vous restera plus qu’à appliquer 2 à 3 couches de peinture ecologique pour bois interieur, au pinceau ou au rouleau. 

Attention : évitez de laver votre bois peint à l’eau ! La peinture naturelle laisse respirer le bois mais permet donc aussi plus facilement à l’eau de s’infiltrer dans le support. En gonflant, le bois peut causer une fissure inesthétique dans la peinture.

Alternative à la peinture sur bois : la lasure naturelle

La lasure est équivalente à un vernis : elle protège le mobilier de bois ou encore les poutres. Contrairement au vernis, elle ne constitue pas une couche de protection ou un film transparent mais imprègne un peu le bois tout en le protégeant et le laissant respirer. Elle a pour but de protéger le bois des intempéries à travers le temps, c’est pourquoi elle est davantage recommandée en extérieur. Toutefois même à l’intérieur, le bois peut souffrir de l’humidité, des rayons UV du soleil traversant les baies vitrées ou tout simplement, du temps qui passe. Une lasure naturelle en finition de vos travaux constitue donc toujours une bonne option. Les différents produits qui existent sont pour la plupart hydrofuges, fongicides et compatibles avec tous types de bois, neufs ou anciens. Côté ingrédients, on y trouve également de l’huile de lin (compatible avec le bois), de la gomme naturelle, de la cire d’abeille, de l’essence d’agrumes ou encore de la caséine, naturellement présente dans le lait. La composition dans son ensemble est exempte d’additifs chimiques ou de quelconques dérivés de pétrole. Soulignons enfin que vous pouvez tout à fait peindre sur une lasure, mais vous devrez la poncer avant (comme pour un vernis). 

Dans la pratique, qu’il s’agisse de bois ou d’un autre matériau, le recours à de la peinture naturelle écologique est une bonne habitude à prendre. Moins néfaste pour votre santé, celle-ci n’a également que très peu d’impact environnemental. A l’heure actuelle, cet argument n’est pas anodin.