Une définition de l'éco-construction

Le secteur du bâtiment représente aujourd’hui entre 10 et 25% de toutes les émissions de CO2 générées sur Terre. Et s’il devenait possible de réduire l’impact carbone de nos habitations, voire de générer un bilan neutre ou positif ? A l’heure actuelle, l’éco-construction a le vent en poupe, notamment du fait des incitations gouvernementales mais également grâce à une prise de conscience généralisée, tant du côté des consommateurs que des constructeurs. Mais quelle est la définition de l’écoconstruction ?

C'est quoi l'éco-construction ?

On parle d’éco-construction et de maison passive pour la première fois en Allemagne dans les années 60. Il s’agissait à l’époque de réfléchir à la conception de bâtiments plus respectueux de l’environnement (moins polluants à l’usage car nécessitant moins d’énergie, par exemple). Depuis, la définition éco construction est restée plus ou moins la même et le mouvement a pris de l’ampleur partout en Europe et dans le monde occidental. 

Aujourd’hui, on définit une éco-construction comme un bâtiment économe en énergie et dont la réalisation est la moins polluante possible. L’écoconstruction se base ainsi sur les grands principes du développement durable. Il s’agit de fournir confort et santé aux occupants tout en s’intégrant de la façon la plus naturelle possible à l’environnement, sans perturbation du milieu. Pour ça, chaque stade de la chaîne de construction doit être optimisée. 

Une définition responsable des caractéristiques structurelles du bâtiment

Il s’agit dans un premier temps de déterminer l’ossature du bâtiment, son exposition, son inclinaison… et ce, en fonction des spécificités de son environnement. Sont analysés : l’exposition du terrain, sa végétation, la faune présente dans le milieu, le taux d’ensoleillement et les diverses conditions climatiques… 

maison ecologique

Cela va déterminer la taille, la forme et le type de structure à construire mais également le positionnement et l’inclinaison des fenêtres, celui des panneaux solaires, la forme des ouvertures… L’important est de tirer parti au maximum des apports naturels environnants et d’intégrer le plus facilement possible le bâtiment à son milieu. 

maison verte

Le choix des matériaux et des équipements : une étape cruciale 

Le choix des matériaux s’effectue en fonction de l’analyse de leur cycle de vie, autrement dit de l’énergie totale nécessaire à l’extraction, la fabrication, le transport, la pose, l’entretien et le recyclage de ces derniersL’ensemble des matériaux constitutifs doivent être passés en revue pour une maîtrise parfaite de l’impact du projet. Ce critère s’apprécie librement par le constructeur ou l’architecte participant au projet. 

L’éco-construction en elle-même 

La pose des matériaux et des équipements doit s’effectuer selon des processus rigoureux respectueux de l’environnement et en favorisant les échanges inter-professionnels. La dimension sociale fait également partie du concept d’éco-construction au même titre que le choix des équipements dans un but de maîtrise accrue de l’énergie dépensée dans le bâtiment. C’est pourquoi d’ailleurs, la main d’oeuvre et les matériaux en éco-construction sont souvent locaux. 

L’éco-construction correspond donc à une chaîne de construction durable, de la conception à la livraison du bien, et plus tard, dans l’usage qui en sera fait. 

Quels sont les enjeux de l’éco-construction à l’heure actuelle ?

L’accroissement des activités humaines en tous genres implique à l’heure actuelle de désastreuses conséquences sur l’environnement. Les émissions de gaz à effet de serre atteignent des sommets et le secteur du bâtiment fait partie des plus énergivores. L’enjeu de créer des habitations plus respectueuses de l’environnement est donc clair : générer des logements à l’impact carbone neutre, qui soient également plus sains pour les populations. Il s’agit de diminuer drastiquement le recours aux énergies fossiles, de favoriser les énergies renouvelables et de ce fait, les économies d’énergie. Mais l’enjeu va bien au-delà de l’éco-construction de quelques logements. Il s’agit idéalement de démocratiser ce mode de construction, de le rendre abordable tant de par le prix des matériaux que par les compétences nécessaires à sa réalisation. Enfin, de par sa nature écologique et économique, l’écoconstruction a vocation à faire évoluer les comportements des usagers sur le long terme. 

Un exemple ? En éco-construction, on veillera à ne pas isoler le logement, à le construire près d’infrastructures en tous genres, de routes, notammentAu quotidien, cela incite les occupants à ne plus emprunter leur voiture, à se déplacer en transports en commun ou encore à pied ou à vélo, limitant de ce fait leur empreinte carbone. 

L’éco-construction répond donc à une double problématique. Celle de faire évoluer les normes de construction actuelles pour préserver un environnement en péril, et celle de sensibiliser les masses quant à leur usage de ces constructions, pour un effet accru. 

Les matériaux biosourcés sont-ils indispensables en matière d’écoconstruction ?

Les constructions dites écologiques sont considérées comme telles d’abord du fait de leurs matériaux constitutifs. Ceux-ci sont dits biosourcés, car ils sont issus de la biomasse végétale ou animale. Des exemples ? Les panneaux en fibres végétales, le béton de chanvre, de lin ou encore le bois, la ouate de cellulose ou la paille. L’écoconstruction intègre toujours une partie de ces éléments à différents niveaux de son squelette : en ossature directe (panneaux ou encore béton), en mortiers, en liants ou encore en couches d’isolation.  C’est donc une condition sine qua none de l’éco-construction, même si ce n’est pas la seule. 

Attention : les éco-matériaux ou matériaux biosourcés n’ont pas un impact neutre sur l’environnement étant donné qu’ils sont transformés en usine. Toutefois, l’énergie grise ainsi libérée reste beaucoup plus faible que celle des matériaux de construction dits traditionnels. Aussi, la grande différence réside dans l’impact généré par le matériau au cours de sa vie et les économies d’énergie qu’il permettra de générer. Dans le cas d’une maison durable ou éco-construite, ces économies d’énergie sont substantielles 

Notons que la filière des matériaux biosourcés est l’une des 18 filières classées vertes d’avenir par le Ministère de l’Ecologie et du Développement Durable. Il s’agit donc d’une filière stratégique pour l’avenir, permettant de lutter contre le réchauffement climatique et de préserver les ressources terrestres. 

L’écoconstruction est sans conteste l’une des réponses les plus adaptées aux problématiques environnementales actuelles. Au-delà de la construction en elle-même, il s’agit bel et bien d’une démarche globale, destinée à changer notre façon de consommer.